Articles

Fête de la Sainte-Famille

 Jésus a 12 ans. Il est parvenu à sa majorité religieuse. Jeune juif, il a l’obligation d’accomplir le pèlerinage annuel à Jérusalem. Il est raconté l’attitude inexplicable de ce jeune enfant qui fugue et qui, de retour à la maison, se soumet à ses parents. 

St. Luc fait toute  une catéchèse au sujet du  recouvrement de Jésus au Temple. D’abord, Jésus dit qu’il est chez lui et que Dieu est son Père. De même que ses parents se mettent à sa recherche, st. Luc nous fait comprendre que nous sommes nous aussi appelés à le chercher, et à le trouver après sa Résurrection le « troisième jour ! »
Dans l’histoire humaine, l’institution familiale est une institution sacrée, parce qu’elle a été voulue par Dieu.        

Le Seigneur en a fixé les règles : « L’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme et tous les deux ne feront plus qu’un ». C’est une institution qui nous précède et dans laquelle il faut entrer. Le Fils de Dieu lui-même n’a pas pris d’autre chemin pour entrer dans le monde : le ventre d’une femme, Marie, et la vie familiale avec un père.

Ensuite, la famille de Nazareth est sainte parce qu’il y a une présence, la présence de Jésus. Or quand Jésus est présent dans une communauté, quelle qu’elle soit, les relations entre les personnes changent….

 Enfin le Fils de Dieu s’est incarné, il s’est fait personne humaine. Par conséquent, le mystère de l’incarnation nous fait comprendre que Dieu a pris parti de diviniser notre humanité. Car l’incarnation, c’est Dieu qui entre dans notre histoire humaine et qui assume toutes nos dimensions, non pour les annihiler mais pour les diviniser. Le Verbe de Dieu, la deuxième personne de la sainte Trinité, s’est « fait chair ». Il est Celui qui anime cette humanité d’une manière nouvelle, de la même manière que l’âme irradie tout le corps humain. Ainsi puisque nous sommes membres du Christ, toute notre humanité est irradiée de l’intérieur. Dieu qui est incarné,  a dormi, a mangé, a vécu véritablement notre expérience humaine, hormis le péché dit St. Paul. C’est pourquoi  encore dit le même St. Paul : « Soit que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu. »
Ce n’est donc pas seulement à nous chrétiens que Paul dit cela, mais à tous ceux veulent entendre ces paroles.                 

La famille donc dans la logique de la création, (« il vit que cela était bon » dit la Genèse), est par conséquent une institution sacrée. Sacrée, pas seulement pour ce qui concerne la famille des baptisés, mais pour toutes les familles. Sacrée, pas seulement pour les familles qui ont reçu  le sacrement de mariage. Non ! Toutes les familles !.

Père Yves GILLOT


Questions liturgiques

Pourquoi aller à la messe le Dimanche ?

Nous ne devons pas oublier que la foi, c’est une relation vivante avec Dieu. Comme toute relation, elle se doit d’être nourrie régulièrement, autrement elle s’endort et même elle se sclérose.

Lire la suite...