Actualités - A la Une

Foule à Basse-Terre pour la messe chrismale








En ce mercredi-saint, tôt le matin, la cathédrale ND de Guadeloupe et le quartier de l’évêché bruissaient dans les préparatifs de la rencontre des prêtres et du peuple de Dieu. Il est vrai que la messe chrismale est un évènement important de la semaine sainte.
Vers 9 H, dans la nouvelle grande salle de l’évêché, les prêtres ont prié en chantant « Peuple de prêtres, assemblée des saints, peuple de Dieu, chante ton Seigneur » et en écoutant la lettre aux Hébreux présentant le Christ Grand Prêtre. Jésus a choisi des disciples hier et aujourd’hui, les prêtres appelés venaient rénover leurs promesses sacerdotales. Au cours de la splendide célébration animée par un chœur important constitué de choristes de la Basse-Terre, les 60 prêtres présents ont répondu à l’évêque les questionnant comme chaque année dans leur engagement  sacerdotal : « Oui, je le veux ».

La foule des fidèles, notamment enfants et jeunes étaient venus nombreux pour ce rendez-vous dans la première église du diocèse, la cathédrale. Certains ont fait un long déplacement, tels les 120 jeunes et adultes de la Désirade ainsi que ceux de Marie Galante.

Mgr Riocreux a d’ailleurs souligné cette présence des diocésains de différentes paroisses ainsi que la plupart des prêtres, notamment ceux de St Martin et St Barthélémy.
 
Au terme, chaque prêtre a emporté les flacons de saint chrême utilisé pour les sacrements de baptême et de confirmation, ainsi que l’huile pour les malades et les catéchumènes.

Enfin, dans les jardins de l’évêché, les prêtres et  diacres ont partagé le repas fraternel permettant échanges et rencontres.

La messe chrismale marque le début du triduum pascal que les chrétiens vont vivre dans les différentes paroisses du diocèse.

Jeudi-Saint, l’évêque  célèbrera la messe en mémoire de la Cène du Seigneur, puis la Passion du Vendredi Saint dans la cathédrale St Pierre St Paul, ainsi qu’avec les prisonniers  de Baie Mahault ;

Lors des Vigiles pascales, 50 adultes seront baptisés dans différentes paroisses, particulièrement dans la cathédrale ND de Guadeloupe lors de la veillée présidée par Mgr Riocreux





Homelie de Mgr Riocreux

Chaque année, durant la semaine sainte, la belle célébration de la messe chrismale permet  à tous les prêtres de se rassembler avec tout le peuple de Dieu autour de l’évêque.

Merci à tous et à chacun de votre présence, et surtout de « la part que vous prenez à l’annonce de l’Evangile » (Ph 1,5).
Ainsi, chaque année, les prêtres renouvellent leurs promesses sacerdotales et ravivent ainsi le jour béni de leur ordination récente ou très ancienne, comme le Père Sengelin vient de le vivre lors de son jubilé de platine : 70 ans de sacerdoce.…et  je pense à la joie des  derniers  prêtres  ordonnés : le Père Anson Daciné eet Père Emery, spiritain qui participent à  leur première messe chrismale comme prêtre. Et je pense aussi à nos séminaristes qui se préparent à être prêtre ici dans le diocèse, à Toulouse, Aix en Provence ou ND de Vie à  Venasque.
En ce jour,  nous méditons la Parole de Dieu qui nous est donnée. Celle du prophète  Isaïe reprise par Jésus à Nazareth,  ainsi que nous l’entendions dans l’Evangile.  « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction ».

L’onction. Tous, nous avons reçu l’onction à notre baptême, à notre confirmation ou pour nous prêtres lors de notre ordination, puisque nos mains ont été ointes de l’huile du Saint Chrême.
Lors des sacrements, vous le savez, le geste lui-même ne dure que quelques secondes. L’eau sur le front. L’onction de la confirmation, l’imposition des mains à l’ordination. Mais quelle force dans ces signes sacramentels et quelle  dimension d’éternité.

Nous prêtres, nous avons été choisis et envoyés pour cela, pour annoncer la Parole de Dieu et pour célébrer  les sacrements.
En ce jour, c’est à vous prêtres, une fois de plus, que je pense, vous pour lesquels nous prions, vous avec lesquels nous travaillons ensemble dans la même Vigne du Seigneur. 
Oui,  en ce jour, je souhaiterai vous exprimer quelques pensées  dans la proximité  fraternelle de cette  fête annuelle.
En ce jour en effet, les prêtres manifestent leur unité  avec leur  évêque, ainsi que le souligne si justement St Ignace d’Antioche : « Ayez à cœur de faire toutes choses dans une divine concorde, sous la présidence de l’évêque ». Divine concorde.  Quelle belle expression pour dire ainsi ce que nous souhaitons vivre dans la diversité de nos origines et  de nos formations.

Frères bien aimés dans le sacerdoce,  originaires de Guadeloupe ou venant d’autres lieux d’Haîti,  d’Afrique, d’Europe ou d’Asie, je tiens tout d’abord à vous remercier pour votre précieuse collaboration dans le ministère. Vous assumez  votre mission avec courage et oubli de vous-même.
J’entends toujours  avec émotion certains d’entre vous évoquer les célébrations pénitentielles dans les paroisses et les doyennés. Ils disaient leur joie de confesser  des heures entières jusque quelquefois tard dans la nuit. Vous donnez ainsi le pardon en abondance pour la joie des pécheurs réconciliés et dans la joie d’être les ministres de la réconciliation.
O certes, en réfléchissant à l’histoire récente, nous savons que beaucoup de choses extérieures ont changé ces dernières années.  Mais c’est  toujours le même Seigneur, le même Seigneur, la même Eucharistie. La même mission auprès de tous, des enfants, des jeunes, des familles, des malades, des personnes âgées, des pauvres, dont les gens dans la rue. Je salue ici l’initiative de Missio Lari (Mission dans la rue) qui a entrainé des dizaines de chrétiens sur les routes de la Grande Terre pendant 37 jours : beau témoignage d’évangélisation et de paix.
En ce jour, je voudrai reprendre devant vous une phrase de Jésus que nous rapporte l’Evangile de Jean : «Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis. Je vous appelle mes  amis, car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaitre » (Jn 15,  15-16). Le Seigneur fait de nous ses amis. Il nous confie tout. Il se confie lui-même à nous afin que nous puissions parler avec son Je : « Prenez et mangez, Ceci est mon Corps ». Quelle confiance ! Il s’est véritablement remis entre nos mains.
Et nous pouvons rappeler les signes de notre mission reçues lors de l’ordination: la remise du Livre, la Parole qu’il nous confie, la remise du calice, le pouvoir d’absoudre par lequel il nous fait participer à la conscience de la misère du péché et de l’obscurité dans les consciences mais pour rouvrir la maison du Père. Et le pape François a voulu que nous vivions  une année de la Miséricorde.

Oui, c’est  la signification profonde de notre condition de prêtre : devenir ami de Jésus Christ. Amitié, cela  veut dire totale communion de la pensée et de la volonté. Cela veut dire aussi que nous devons connaitre Jésus de façon toujours plus personnelle en l’écoutant, en vivant avec lui, en restant près de lui, notamment dans la lectio divina cette lecture spirituelle de l’Ecriture Sainte.

En cette année consacrée aux jeunes dans toute l’Eglise par le Synode du mois d’octobre à Rome, nous avons la grâce de la présence des jeunes ici même dans cette célébration. Je rends grâce pour le magnifique rassemblement des jeunes en cette fête des Rameaux à Sainte Anne et anticipe avec bonheur les Journées Caraïbéennes de la Jeunesse en juillet prochain en Martinique.
 
Vous le savez, le synode  romain en octobre a pour thème : « Les jeunes, la foi et le discernemnt vocationnel ». Nous y avons réfléchi le mois dernier lors des rencontres consacré et nous continuerons notre réflexion, en pensant à l’évangélisation de nos jeunes. « Dieu est jeune », titre d’un livre du pape François dans lequel il donne les mots caractérisant les jeunes : enthousiasme et joie.
Je termine avec cette invitation aux prêtres qui sont au cœur de cette messe chrismale et qui vont renouveler leurs promesses sacerdotales :
« Chers frères prêtres bien aimés. Ouvrons toujours plus largement les  yeux – le regard de l’âme- pour mieux découvrir ce que signifie célébrer l’Eucharistie.

Ouvrons toujours plus largement les yeux pour mieux comprendre ce que signifie remettre les péchés et réconcilier les consciences humaines avec Dieu.

Ouvrons toujours plus largement les yeux pour mieux comprendre ce qu’est le Mystère de l’Eglise. Nous sommes des hommes de l’Eglise. » (Jean-Paul II, Jeudi-Saint 1984)
 
Et maintenant prions. Priez pour vos prêtres, pour votre évêque. Prions pour ceux qui vont être baptisés et confirmés avec  l’huile du Saint Chrême que je vais consacrer. Amen.
























Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...