Actualités - A la Une

Grand rassemblement des TKL Le 8 avril 2018

Grand rassemblement des TKL
Le 8 avril 2018

 

Devant la proposition de faire ce rassemblement diocésain à Pointe- d’Or aux Abymes, nous avons pensé que l’espace serait trop petit pour le rassemblement que nous envisagions étant donné que nous y invitons les jeunes des paroisses en lien avec le projet du Pape François qui nous invite à les rapprocher de Jésus-Christ.  Nous proposons donc de garder  ce lieu pour le rassemblement du doyenné de Pointe- à- Pitre et des environs, jeunes et adultes ensemble. Les autres doyennés sont invités à chercher, chez eux, un lieu approprié pour une rencontre d’une matinée où tous sont invités à réfléchir par groupes mélangés de jeunes et d’adultes sur le texte de l’Evangile de ce deuxième  dimanche de Pâques à partir du questionnaire et de la démarche que nous proposons. La matinée pourrait se conclure par une Eucharistie avec les ou un des prêtres du doyenné. La dimension diocésaine de l’évènement sera marquée partout où des rassemblements auront lieu ce jour-là.
Voici le questionnaire et la démarche que nous proposons :
« jeune appelé par Jésus- Christ au service de la vie ! » cherchons ensemble..
Deuxième dimanche de Pâques : Jean  20, 19-31
Relevons ce que Jésus ressuscité propose à ses disciples et en vue de quoi ?
En quoi la rencontre avec Jésus ressuscité transforme Thomas ?
Chaque dimanche, avec toute l’Eglise, nous professons, dans notre credo qu’il est « ressuscité ». Comment la célébration du mystère pascal nous aide à vivre en ressuscité ?
Et « vivre en ressuscité », c’est quoi, pour nous, aujourd’hui ?
Prenons le temps de prier et envisageons un message à transmettre à un autre groupe de jeunes et à une autre communauté.
Pour le Conseil,
Père Albert Blanchard

 (Témoignages ci-dessous)

Témoignages :
 
« On n’est pas chez soi où l’on habite mais où l’on est compris », cette parole d’un grand poète était souvent évoquée par Père Chérubin Céleste quand nous nous retrouvions en TKL à la chapelle de Grosse Montagne autour de lui. Et elle nous a fait tellement de bien à tous, nous écoutant les uns les autres, prenant le temps de prier, de méditer la Parole et de voir comment en actes on pouvait intégrer la Bible pour que les choses changent autour de nous ! Aujourd’hui, grand-mère, je continue de demeurer en lien même si j’ai du mal à y voir et à me déplacer. Ma fille agricultrice a continué à cheminer en TKL et y trouve de l’intérêt et un ressourcement, et j’essaie de dire à mes petits-enfants de ne pas avoir peur de rejoindre ces groupes de discussions qui permettent de renforcer les liens dans nos sections ! »
Marie-Simone G. (Grosse Montagne)
 
 
« Je fais un retour vers Jésus, après avoir « batifolé » ailleurs comme dit ma voisine… et j’ai plaisir à reprendre les discussions avec les membres de ma famille qui sont en TKL. Je suis en formation d’esthéticienne et j’espère trouver un travail dès que j’aurai terminé… cet engagement en « TKL jeunes » devrait me permettre d’y voir clair et de baliser concrètement ma vie ».
Isabelle M.P. (Gascon – Grands Fonds)
 
 
« TKL vivantes flammes de l’Eglise » comme est dit dans Eglise en Guadeloupe, il est vrai que les petites communautés d’Eglise qui ont le vent en poupe en Martinique (nous lisons les textes de nos bulletins, mais aussi qui nous viennent de nos voisins – le dernier Eglise en Martinique en fait mention, une amie Martiniquaise qui travaille en Guadeloupe nous en a parlé)  tout cela est réconfortant et nous force à renaître à l’espérance. »                            
                                                                                          Georges et Esther T. (Labuthie – Abymes)
 
«J’aime cette parole du Frère Francklin Armand : « Notre spiritualité nous conduit à suivre Jésus en esprit et en vérité, par le cœur et la confiance, avec les mains et le travail. » (article revue chrétienne  « notre foi, notre vie » Québec 2014) elle correspond tout à fait à notre travail et nos réflexions. J’ai aimé les réflexions de Carême à St Jean Bosco.  Il faut que les hommes, les jeunes et les pères de famille n’hésitent pas à s’impliquer. Nos familles ont besoin de notre engagement dans le concret ».  
Thierry N. (père de famille – Baillif)
 
 
« à Marie-Galante, on y croit aux TKL, et père Berka Pelage nous aide à cheminer dans le concret de nos vies quand nous nous rencontrons. Ça fait du bien et ça rapproche en toute simplicité celles et ceux qui souffrent ! et les familles qui veulent s’entraider à bien élever leurs enfants »
                                                                                       Sylvaine Ch. (Bagatelle – Saint Louis)
 
 
« Mysion Lari et TKL ont à voir ensemble… on a beaucoup marché en Grande Terre pendant le Carême, et les échanges, les réflexions, les enseignements, les prières, les marches tout ça nous a soudés. Que cela continue ! » 
Sèverine G. (Port-Louis)


Nouveau :Vive les TKL et le… pèlerinage de Chartres !
« C’est avec regret que j’ai dû quitter mon île pour aller poursuivre mes études en métropole (en économie/gestion). J’ai toujours vécu à Deshaies avec mes parents guadeloupéens et fiers de l’être ! Régulièrement ils fréquentaient les groupes TKL et je me souviens des enseignements du diacre Georges Bervin qui nous font du bien en famille. A Paris avec des amis antillais on a fait comme un groupe TKL, et on se retrouve pour se souder, échanger, tenir bon et s’épauler. On va à la messe le dimanche soir, pour préserver les plages de boulot du week-end. Et les 6, 7 et 8 avril 2018 on va participer au grand pèlerinage Charles Péguy vers Chartres, organisé par les diocèses d’Ile de France pour les étudiants et les jeunes qui entrent dans le monde du travail ou qui cherchent du travail. On se prépare à ce grand moment, par la lecture des textes de Péguy et par des trames de réflexions actualisant le message de l’Eglise et intégrant nos propres questions. On part vendredi, on couche sous tentes ou dans des granges à Epernon, et on marche ensuite vers la cathédrale de Chartres. On nous a promis qu’il ferait beau ! (on sera plusieurs milliers à marcher ainsi). On pensera à vous, aux regroupements des TKL chez nous, on aura une grand-messe à la cathédrale avec le nouvel archevêque de Paris, avec enseignement sur la Miséricorde. Bref, annou alé ! »
Sabrina M. (Deshaies)
 

 
 

Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...