Billet du dimanche 3

Dimanche 15 avril 2018 : 3è dimanche de Pâques

Dimanche 15 avril : 3è dimanche de Pâques


TOUS, PECHEURS PARDONNÉS...PARCE QUE LE CHRIST EST NOTRE DÉFENSEUR.
 
                Il n'est pas toujours bien vu aujourd'hui d'avoir des "certitudes" basées sur la foi. Récemment, un jeune catholique et "pratiquant" partageait son indignation d'avoir été indexé et étiqueté d'arrogant pour avoir refusé de prendre part à une conversation qu'il avait jugée "déplacée". Autrement dit, il y a une sorte de prédisposition qui place souvent la foi en position défavorable dans presque toutes les conversations avec le monde extérieur. Le dialogue devient, de plus en plus, impossible. Ce qui est quand même dommage pour l'humanité que nous portons en nous mêmes !
 
                On a l'impression, - me faisait remarquer un ami l'autre jour -, que beaucoup de chrétiens sont mal à l'aise avec leur foi ou qu'ils ont perdu leur fierté d'être chrétiens aujourd'hui. De jour en jour, en effet, nos sociétés adoptent des postures méfiantes et parfois agressives vis à vis des chrétiens en matière de conduite humaine. Par rapport à certains sujets sensibles du quotidien, la réponse chrétienne est vite écartée et négligée, au nom d'une laïcité qui ne dit pas tout son nom. Force est aussi de constater que la foi chrétienne n'est plus la seule référence. Dans certains cas, nous devenons de plus en plus minoritaires pour pouvoir placer un mot suffisamment fort afin d'être entendu et mis en pratique.
                Le défi est énorme et de taille aujourd'hui ! Être chrétien, ce n'est pas seulement être un honnête homme ou avoir quelques idées sur la justice, la solidarité, la paix dans le monde, mais d'abord et surtout être habité d'une spiritualité solide et croire en la Personne de Jésus-Christ, le Ressuscité, le Fils Unique du Père et qui nous sauve par l'action continue de l'Esprit Saint. N'ayons pas peur de le dire, sans arrogance : "Avoir la foi ce n'est pas croire en une idéologie bien articulée, mais adhérer à la Personne du Christ et de son message de Salut. C'est essentiellement avoir le courage et l'humilité de nous regarder en face et de nous dire que nous ne pouvons rien faire de manière isolée et que sans le Christ nos chemins seront toujours confus et perdus."
Nous sommes tous pareils, grâce à Dieu!
Père Rulx André Alcinéus, CSSp


Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...