Billet du dimanche 2

Dimanche 14 mai : 7e dimanche de Pâques

N’ayons pas peur de dire Dieu en chaque instant de notre vie.

 Jésus se prépare à nous quitter. Dans une forte intimité avec Dieu notre Père, il nous recommande à lui, il le supplie de nous garder unis à lui : « garde mes disciples unis dans ton nom ». Le nom de Dieu qui nous a aussi été donné  et qui fait notre identité. Ce nom que nous disons avec humilité et béatitude quand nous disons le « Notre Père ».Prière qui doit-être dite avec ferveur, lentement sans précipitation, même si nous le disons plusieurs fois dans la journée, chaque fois doit-être la première fois ! Ce nom qui aussi fait notre unité, qui nous lie à Dieu notre Père, pourquoi tenons-nous tant à  le casser ?

Avant son départ, comme un grand frère qui remplace le père, il nous a laissé de la nourriture, pour que nous puissions agir, en son nom, dans le « monde ». Ce monde, qui n’est pas  toujours ouvert à l’écoute de la Parole qui est nourriture de vie, ce monde qui  détruit l’Homme par sa violence. Malgré ces difficultés, Jésus nous demande de rester dans la vérité, de ne pas avoir peur, car l’Amour de Dieu qu’il nous a transmis, est pour nous un bouclier devant toute adversité.  Oui, la « Parole de Dieu est vérité ». L’Esprit Saint nous aide à la faire connaître,  à la partager avec tous. En nous engageant dans cette voie, nous sanctifions le nom que Dieu nous a donné. Nous entrons dans la route qui mène à sa gloire. Dire la vérité, c’est combattre toute injustice, quel qu’en soit l’auteur ! Car nous sommes au service du Père, nous ne sommes pas au service des hommes, bien que nous soyons dans le monde. Notre mission est de dire Dieu, de vivre en actes sa parole,  d’être des méritants   marchant à la suite de Jésus-Christ.

N’ayons pas peur de vivre en nous le « oui » de Marie, Mère de l’Église. Prions avec notre évêque, pour que l’Église en Guadeloupe soit vraiment  auprès des pauvres de Dieu. Cessons nos louanges sans vie, allons vers Jésus qui souffre en notre frère, en notre sœur !
 Diacre Georges BERVIN


Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...