Billet du dimanche 2

Billet du dimanche 10 février : Partons sans crainte avec Jésus Christ.


 Se dire à Dieu et aux frères et sœurs en Dieu, en toute sincérité et en toute humilité, que nous sommes pécheurs ! Pierre le reconnaît « Je suis un homme pécheur ». Cette reconnaissance ne vient pas seulement de la crainte qui l’envahit devant les tonnes de poissons pêchés en un instant, alors, qu’avec ses frères, il avait pêché toute la nuit sans rien prendre. La force de la grâce nourrissait son cœur, lui aussi avait reçu les enseignements du Christ avant de rejeter  ses filets à l’eau.

Il y avait en lui une grande admiration et aussi une grande confiance en celui qui l’aidait à se reconnaître « Je suis un homme pécheur »
 Au début de chaque Eucharistie le célébrant nous invite à cette méditation intérieure, ensemble nous disons : « Je reconnais que j’ai péché ». Nous implorons en cela le pardon de Dieu. Est-ce machinalement, par habitude ? Est-ce sincèrement ?
Reconnaître ce que nous sommes en réalité, n’est-ce pas entrer dans le dessein de Dieu ?

Trop souvent, nous portons un regard critique sur les actes d’un frère ou d’une sœur en Église alors que nous faisons des actes bien plus graves. Nous manquons de discernement. Jésus nous tend sans cesse la main pour nous conduire sur la route qui mène vers le Père. Pour cela, nous devons faire ce qu’il dit « Pourquoi m’appelez-vous « Seigneur, Seigneur » et ne faites pas ce que je dis » ? (Lc 6, 46). C’est chaque jour que nous devons rendre compte à Dieu en toute simplicité de notre mission de baptisés.

 Devant la « crainte » de Pierre, Jésus lui donne une mission : aller porter sa parole à tous les hommes : « Sois sans crainte, désormais ce sont les hommes que tu prendras ». N’oublions pas que c’est  sur ce pécheur d’hommes que Jésus a bâti son Église.
Par notre baptême n’ayons aucune crainte pour être missionnaires de la parole du Christ.

   Diacre Georges BERVIN



Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...