Actualités - A la Une

Pape François : Audience Générale du Mercredi 27 Mai à Rome

Mercredi 27 Mai, lors de l’audience générale qu’il a tenue dans la bibliothèque du palais apostolique, le Pape François a consacré sa catéchèse à la « prière des justes » ; au milieu des tribulations inhérentes à l’histoire des hommes, cette prière, faite avec humilité et sincérité, attire la force de Dieu, laquelle fait vivre et grandir le monde.

« Le dessein de Dieu à l’égard de l’humanité est bon, mais dans les péripéties du quotidien nous faisons aussi tous les jours l’expérience de la présence du mal », assure d’entrée le Pape, prenant appui sur les Saintes Écritures dont les pages initiales nous décrivent les premiers développements du péché dans les événements de la vie humaine.
Ainsi, comme nous le montre le livre de la Genèse, Adam et Eve cèdent à la tentation du Malin car ils doutent des bonnes intentions de Dieu. Ensuite, avec Caïn et Abel, la première fraternité, corrompue par l’envie, se conclut par un homicide. Puis, le mal s’étendra comme une tache d’huile. Les grandes fresques du déluge et de la tour de Babel révèlent qu’il y a besoin d’un nouveau commencement, d’une nouvelle création qui aura son accomplissement dans le Christ.

Mais ces pages vétérotestamentaires parlent aussi d’autres histoires, plus humbles et discrètes, qui représentent le « rétablissement de l’espérance ». Alors qu’une grande partie de l’humanité semble se perdre dans les ténèbres de la haine et de la violence, d’autres personnes se distinguent, « capables de prier Dieu avec sincérité, d’écrire d’une autre manière la destinée de l’homme ». Et le Pape de citer l’exemple d’Abel, de son frère Seth, du fils de celui-ci, Énoch et enfin de Noé.

En lisant ces récits, poursuit le Pape François, « on a l’impression que la prière est la digue, le refuge de l’homme devant la montée du mal qui grandit dans le monde ». L’homme prie également pour se sauver de lui-même, et le Souverain Pontife insiste d’ailleurs sur ce point, suggérant de prier ainsi : « Seigneur, sauve-moi de moi-même, de mes ambitions et de mes passions ».

Pour le Pape, ces orants que la Bible nous montre sont « des artisans de paix » : « en effet, la prière, quand elle est authentique, libère des instincts de violence ; elle est un regard tourné vers Dieu pour qu’il prenne soin du cœur de l’homme ». Et d’ajouter : « la prière de Dieu est puissante car elle attire le pouvoir de Dieu et le pouvoir de Dieu donne la vie, toujours. Il est le Dieu de la vie et il fait renaitre ».

La Seigneurie de Dieu passe par cette chaine d’hommes et de femmes souvent incompris et mis à l’écart du monde. Or, celui-ci vit et grandit grâce à la force de Dieu que ses serviteurs attirent par leur prière ; ils ne font pas de bruit et les médias n’en parlent pas, et pourtant cette prière est importante pour redonner confiance au monde, affirme le Saint-Père. La prière sème la vie, d’où la nécessité de l’enseigner aux tout-petits. Même s’ils l’oublient en grandissant, elle restera toujours dans leur cœur cette « semence de vie et du dialogue avec Dieu ». Et le Pape de conclure en invitant à prier Dieu pour qu’il transforme les cœurs de pierre en cœurs de chair.

Il s’est ensuite adressé aux fidèles de langue française : « dans quelques jours nous célèbrerons la fête de la Pentecôte. Prions l’Esprit Saint pour qu’il fasse de nous des hommes de paix et de fraternité et rende confiance et espérance au monde. Que Dieu vous bénisse ! »

(Avec V. N.)

Questions liturgiques