Actualités - A la Une

Après le drame sur le parvis de Notre Dame de Paris


En effet,  comme beaucoup, j’ai été bouleversé par ce qui s’est passé mardi  après midi  sur le parvis de Notre Dame, cathédrale du diocèse de Paris.

Recteur de cette antique église pendant deux ans de 2001 à 2003, je connais bien ce lieu, les prêtres et les laïcs qui sont au service des fidèles  des milliers de visiteurs. Chaque fois que j’entends ce nom : « Notre-Dame de Paris », je vibre et ravive les souvenirs de  mon ministère de prêtre. J’ai quitté Notre Dame en juin 2003 lorsque le pape Jean Paul II m’a nommé évêque de Pontoise. Mais à chaque séjour à Paris, je vais prier et saluer les nombreux amis.

Mardi 16 H 20, le drame sur le parvis de ND. Un homme de 40 ans frappe un policier et l’assaillant, Dieu merci, est immédiatement neutralisé. Au même moment, des centaines de visiteurs de tous pays admiraient la cathédrale du 13ème siècle ou  priaient à l’intérieur.
Dans les minutes qui ont suivi deux évêques auxiliaires de Paris sont venus dans l’église, invitaient au calme et à la prière. Je lis le compte rendu de Mgr Eric de Moulins-Beaufort :
« Lorsque les coups de feu ont éclaté, les gens qui faisaient la queue pour visiter Notre Dame ont commencé à se presser pour y entrer. Il y a eu un mouvement de foule. Mais le service de sécurité  a été très réactif et a vite fermé les portes après avoir laissé entrer tout le monde. Je suis arrivé quelques minutes plus tard et j’ai trouvé des centaines de personnes assises sur les bancs dans le calme. A la demande de la police, j’ai demandé à l’assistance de lever les mains en lai car les forces de l’ordre pensaient  qu’un complice de l’assaillant s’était glissé parmi la foule.
« Avec Mgr Denis Jachiet, évêque auxiliaire, nous avons arpenté les rangs pour rassurer les personnes et relayer les informations données par la police, mais nous n’avons pas tout dit, car nous ne voulions pas effrayer l’assistance.
«  Nous avons prié en  anglais et en français avec ceux qui étaient là. L’évacuation s’est faite dans le calme vers 18 H. Le concert prévu a été maintenu. » (Interview dans « La Croix » du 7 juin)

Le lendemain de cette attaque, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a remercié les policiers pour leur sang -froid devant ce drame. Oui, les policiers sont là pour le bon ordre et la paix.  Nous devons leur dire notre gratitude et prier pour eux.
 
Permettez,pour terminer un souvenir. En septembre 2001, nommé par le cardinal Lustiger, je prenais mes fonctions de recteur archiprêtre. Le 11 Septembre, l’horreur à New York avec les deux avions percutant les deux tours de Manhattan. Des milliers de victimes.

Mgr J-Y Riocreux

Questions liturgiques

Pourquoi aller à la messe le Dimanche ?

Nous ne devons pas oublier que la foi, c’est une relation vivante avec Dieu. Comme toute relation, elle se doit d’être nourrie régulièrement, autrement elle s’endort et même elle se sclérose.

Lire la suite...