Eglise et société

Projet : S.G.A.G. (Santé Grand’Anse Gwadloup)


l a délégation avec le Docteur Jean-Claude Pitat qui apporte son total soutien au projet, qu'il en soit vivement remercié

 Un projet « santé » porteur d’espérance dans la Caraïbe !


Deux phrases sont les axes moteurs du projet S.G.A.G. (Santé Grand’Anse Gwadloup). Celle de Martin Luther King tout d’abord : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. » semble être à la proue du navire « santé » sur lequel se débat l’humanité, et celle de Charles Nodier : « Nous sommes sur la terre pour nous aimer, nous aider les uns les autres à porter le poids de la vie. » qui probablement est à la poupe de ce même navire.
Ainsi, dans un premier temps, une équipe de quatre personnes du monde de la santé s’est mise en route afin de croiser ses connaissances et se porter aide et soutien : deux médecins et deux infirmières.

Kolbe Gauthier, jeune médecin guadeloupéen qui termine son internat de médecine générale, après son séjour en Haïti lors du passage du cyclone Matthew si dévastateur, a invité son ami le Docteur Josma Joassaint, co-responsable de l’hôpital de Jérémie en Haïti, et deux infirmières : Sandra Marcellus et Darline Aimé, à venir effectuer un premier stage en Guadeloupe du 12 juillet au 29 juillet 2017, afin de « renforcer les structures sanitaires du département de la Grand’Anse à travers tout type d’initiative allant dans le sens d’une amélioration de la santé publique ».
Il s’agit de proposer un soutien logistique aux structures hospitalières de Jérémie à travers l’envoi de lits médicalisés et autres produits de santé jugés prioritaires par les autorités sanitaires locales (Dr Jean-Marie Lomon, pharmacien en Guadeloupe, est actif à ce niveau). Permettre les échanges entre professionnels de santé des deux territoires partenaires, et également la participation de certains professionnels haïtiens à des formations complémentaires dispensées en Guadeloupe : D.U. proposés à l’UFR médecine de Fouillole, stages complémentaires dans les soins à la clinique Pitat, liens essentiels à établir avec les laboratoires Phytobokaz du Dr Henry Joseph qui peuvent soulager tellement les populations… etc…
« Il y a du pain sur la planche mais nous sommes au début d’échanges qui peuvent être porteurs d’espoir pour la population de la Grand’Anse » aime répéter Dr Josma Joassaint.

Le projet est porté par la mairie de Gourbeyre qui est, on le sait, jumelée depuis dix ans avec la ville de Jérémie. M. Ademar tient à entretenir ce lien et porter assistance même si les moyens financiers immédiats sont minces : il a d’ailleurs reçu l’AMAGA (association des maires de la Grand’Anse) fin juin venue renforcer les liens entre la Guadeloupe et Haïti. L’association SO.DE.CAR. (Solidarité Développement Caraïbe) qui, en lien avec la Région Guadeloupe, œuvre pour l’amitié et la solidarité dans la Caraïbe et en particulier avec Haïti, à travers de multiples projets de coopération décentralisée. Madame Rose-Lee Raqui, vice-présidente de l’association, est active dans la mise en place de ce projet santé qui, dit-elle, doit « monter son ancrage dans la durée pour aider les populations qui ont besoin de se sentir épaulées et surtout secourues chez elles».
« Il sera possible d’envisager à long terme un partenariat entre l’Université des Antilles et les structures éducatives d’Haïti en général, et de la Grand’Anse en particulier » explique Kolbe Gauthier, qui a reçu le soutien du Professeur Eustase Janky, président de l’université des Antilles. Et il poursuit : « le projet envisage de se coordonner avec l’ARS pour une offre de santé Caraïbe Guadeloupe ».

Sandra et Darline, jeunes infirmières haïtiennes diplômées de l’école d’infirmières de Jérémie, ont beaucoup apprécié l’accueil reçu durant leur semaine de stage à la clinique Pitat à Basse-Terre (soins hospitaliers, hygiène etc… cicatrisation…). Dr Josma Joassaint a été formé initialement et de façon géniale à Cuba, et a pu compléter par la suite sa formation par une spécialité en Espagne et  avec l’université de Bordeaux. La visite du cyclotron, durant son séjour chez nous,  et les contacts qu’il a pu nouer avec tout le corps médical partout où il est passé en Guadeloupe « tout cela m’a redonné du baume au cœur ». Les jalons et repères posés par ce premier stage permettront de renforcer les liens par la suite avec les Assises de la Coopération décentralisée Franco-Haïtienne de décembre 2017. « La Guadeloupe est si près d’Haïti, il convient que nous puissions œuvrer ensemble » insiste Dr Kolbe Gauthier.


avec Mgr Jean-Yves Riocreux, lors de la neuvaine à Notre-Dame du Mont Carmel à Basse-Terre

 

La délégation de ces quatre « amis de la santé » a pu participer à la neuvaine à Notre-Dame du Mont Carmel à Basse-Terre. La ferveur et la piété de ce grand pèlerinage les a impressionnés. « Cette foi enracinée dans la vie est le dénominateur commun de nos populations respectives » n’a pas manqué de souligner Kolbe Gauthier qui poursuit : « en Guadeloupe nous avons aussi l’exemple des Petits Frères de l’Incarnation, un ordre religieux proprement haïtien qui est venu fonder à St Jean Bosco, et qui permet de resserrer les liens de fraternité et de solidarité entre nos peuples. Fr Francklin Armand y est tellement sensible. » Mgr Riocreux a pu rencontrer la délégation et l’a encouragée vivement à poursuivre pas à pas cette coopération. On sait que Dr Josma Joassaint est le frère du Père Verdieu Joassaint, prêtre du diocèse de Jérémie, curé de la petite paroisse de Carcasse dont on a déjà parlé dans le bulletin diocésain Eglise en Guadeloupe car elle a tout perdu dans le cyclone dernier, Père Verdieu est déjà venu nous voir, et il reviendra certainement. « La santé physique va de pair avec la santé spirituelle » conclut Kolbe Gauthier.
Faisons nôtre cette parole de Jean-Paul II pour conclure : « La condamnation du racisme, la protection des minorités, l’assistance aux réfugiés, la mobilisation de la solidarité internationale envers les plus nécessiteux, l’écologie ancrée dans la vie, ne sont que des applications cohérentes du principe de la citoyenneté mondiale. » 
J.-M. G.

Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...