Billet du dimanche 1

Dimanche 3 septembre : 22è dimanche ordinaire

“Je voudrais marcher aux côtés de mon Seigneur…  J’irai jusqu’au bout”

Deux mentalités s’affrontent : Pierre refuse la souffrance et le Seigneur affirme qu’il n’y a pas de véritable amour sans sacrifice. Pierre ne peut admettre que son Maître soit maltraité et condamné à mort : il l’aime trop. Il prend Jésus à part et lui adresse de vifs reproches. Les sentiments de Pierre, qui aime son Maître et pense aux espoirs qu’il a fondés sur lui sont naturels. Sans s’en douter, il joue le rôle de Satan: chercher à détourner Jésus du plan divin. D’où la réponse dure de Jésus: “Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute.”

Avouons que pour nous aussi, il est parfois bien difficile de comprendre les plans de Dieu, quand il s’agit d’admettre certaines vérités, certaines exigences évangéliques, quand le Seigneur nous demande de rectifier nos opinions, nos pensées, nos jugements, qui ne sont pas toujours ceux de Dieu, quand il s’agit surtout de la souffrance  de la mort. Oui, nous avons du mal à accepter ces paroles :“Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renounce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive”
Bien souvent, nous acceptons le Christ dans nos vies à condition qu’il ne vienne pas perturber nos projets, “nos petites affaires”… et nous voulons qu’il fasse le plus possible notre volonté. Nous admettons difficilement que l’Eglise dérange nos habitudes et notre tranquilité. Nous voudrions qu’elle s’occupe de ses sacristies mais pas de nos devoirs d’époux, de pères et de mères de famille chrétiens et ceux de citoyens responsables, justes et honnêtes. Nous pensons notre vie à la manière humaine : réussite, pouvoir, loisirs… en refusant une logique de don de soi, de service et d’amour vrai.

N’oublions pas :“Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour discerner quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait” (Saint Paul, dans la 2de lecture)
Père Gérard FOUCAN


Questions liturgiques

Pourquoi aller à la messe le Dimanche ?

Nous ne devons pas oublier que la foi, c’est une relation vivante avec Dieu. Comme toute relation, elle se doit d’être nourrie régulièrement, autrement elle s’endort et même elle se sclérose.

Lire la suite...